Footofeminin.fr

#D1F - Pascal GOUZENES (Paris FC) : « Aissatou Tounkara va nous manquer »

Vincent Roussel

Trois derbys et trois défaites cette saison pour le coach du PFC Pascal Gouzenes. Le nouveau revers concédé ce lundi au Camp des Loges (4-1), alors que les Essonniennes, qui n’ont toujours pas gagné en 2018, ont eu l’occasion de faire mieux, n’a pas entamé la confiance du coach, qui va tenter de remobiliser son groupe pour la fin de saison.

Si la défaite est plus large qu’à l’aller, elle n’est en pas pour autant moins frustrante…
C’est vrai. On est mené 1-0 à la mi-temps, assez logiquement parce que le PSG avait mis les ingrédients pour, même s’ils n’avaient pas eu beaucoup d’occasions. Après la pause j’ai décidé de changer tactiquement mon équipe, afin d’avoir plus la possession, et ça a marché d’ailleurs. On a eu des occasions sur nos temps forts, et sur un contre… Comme d’habitude le scénario se répète, ce sont des trucs qu’il faut qu’on gomme, qu’on arrive à les corriger.

C’est mentalement que vous avez craqué ?
Les filles ont eu l’envie, mais après c’est compliqué quand on est mené 2-0 de revenir au score.

On avait déjà parlé d’un manque d’efficacité en attaque à l’aller, et là on a l’impression que vous n’apprenez pas puisque que vous n’avez une nouvelle fois pas converti vos bonnes situations.
C’est ce que fait la différence entre eux et nous. Ils ont de très bonnes joueuses, qui font preuve d’efficacité.

Vous avez encaissé 31 buts cette saison, c’est la première fois pour le club (ex-FCF Juvisy), et la saison va continuer. Il y a une défaillance à ce niveau ?
Je ne crois pas, c’est juste qu’on a des jeunes qui apprennent, à se déplacer, à défendre, et à bien défendre. Ça prend du temps, c’est tout.

"On a du faire des lettres d’absences pour les étudiantes"
Un match à 18 heures, le lundi, ça n’a pas dû être évident pour vous ?
Ce n’est pas faux, on a du faire des lettres d’absences pour les étudiantes, et aussi pour les salariés...

Comment va Aïssatou Tounkara depuis son retour ?
Elle est venue avec nous aujourd’hui (lundi), elle a le moral, ça va. La dédicace de l’équipe à son encontre en début de partie ? C’est normal ! Forcément, elle va nous manquer, ça reste une grande défenseure, c’est une des meilleures joueuses de France dans les duels, donc c’est toujours un malus de ne pas l’avoir dans le groupe. Camille Catala ? Elle n’était pas là parce qu’elle est blessée, on lui fait passer des examens.

La fin de saison va être difficile, surtout que vous êtes toujours à la recherche de votre première victoire en 2018…
On est à deux points de Bordeaux donc il va falloir batailler, effectivement. Dans ce championnat à 12, dès qu’on se retrouve lâché dans le ventre mou, c’est difficile ! Il faut donner de l’envie aux joueuses, il y a ce match contre Paris en Coupe de France où on fait 0-0, on se dit qu’on va pouvoir faire quelque chose mais on prend des buts en fin de match (défaite 2 buts à 0). Après on n’a pas eu un calendrier très favorable, là on a eu le PSG, après on va aller à Montpellier… On va continuer à travailler.

Vincent Roussel