Footofeminin.fr

JO 2020 - Première phase : Bilan et records

Charlotte Vincelot

La phase de poules a rendu son verdict ce matin et les huit qualifiés pour les quarts de finale sont désormais connus. Retour sur cette première phase par groupe, et les différents records qui ont été battus lors de ces 18 premières rencontres.

Bilan par groupe
Groupe E
Ce fut un groupe serré, où toutes les rencontres ont été disputées à l'exception peut-être de Grande-Bretagne- Chili, la seule à se terminer avec au moins deux buts d'écart. La logique a été respectée avec les qualifications de la Grande-Bretagne, du Canada et du Japon et l'élimination du Chili.
La Grande-Bretagne n'a pas été géniale mais a bien négocié cette première phase, le Canada a montré qu'il répondait présent aux Jeux olympiques et ce n'est pas une surprise si l'équipe n'est pas passée loin de la première place, tandis que le Japon, loin du niveau qu'il a pu atteindre par le passé, a dû attendre la fin de cette première phase pour obtenir sa première victoire. C'est le Chili qui rentre à la maison, sans surprise. Mais l'équipe emmenée par sa gardienne et capitaine Christiane Endler a montré son visage accrocheur, et avec un peu plus de réussite, aurait pu quitter la compétition avec un bilan autre que trois défaites.

Meilleures buteuses : Ellen White (3 buts), Janine Beckie (2 buts)

Groupe F
Le groupe de tous les records. Quarante-trois buts inscrits en six rencontres (moyenne supérieure à sept buts par match), et beaucoup de spectacle. Favoris, les Pays-Bas et le Brésil se sont logiquement qualifiés pour la prochaine phase. Les deux équipes éliminées rentrent à la maison avec le même bilan d'un point inscrit, mais des sentiments bien différents. D'un côté, la Zambie disputait son premier tournoi olympique. Elle repart avec un point et sept buts inscrits, et a surtout laissé une bonne impression générale. La Chine repart elle avec un bilan équivalent (un but de moins inscrit) mais surtout un record de buts encaissés qui devrait faire grincer des dents.

Meilleures buteuses : Vivianne Miedema (8 buts), Barbra Banda (6 buts), Lieke Martens et Wang Shuang (4 buts)

Groupe G
Dans ce groupe entre habitués, la logique a été respectée avec la qualification de la Suède des Etats-Unis et de l'Australie, la Nouvelle-Zélande rentrant à la maison. La petite surprise vient de la première place de la Suède, vainqueur des Etats-Unis lors de la première journée. Elle est l'équipe qui a fait la meilleure impression de ce début de tournoi, et si elle continue sur ce rythme, elle peut tout à fait envisager une nouvelle finale comme ce fut le cas il y a quatre ans. Les Etats-Unis de leur côté ont semblé à la peine. Une victoire en trois rencontres, deux matchs sans marquer le moindre but, et une impression générale mitigée, il va falloir monter d'un cran en quarts de finale. L'Australie a joué à son niveau, au gré de sa défense et des performances de Sam Kerr en attaque, et se retrouve logiquement qualifiée. La Nouvelle-Zélande n'avait pas le niveau encore une fois malgré une volonté d'aller de l'avant, et n'a pas réussi à créer la surprise.

Meilleures buteuses : Stina Blackstenius, Sam Kerr (3 buts), Lina Hurtig, Fridolina Rolfö (2 buts)

Bilan par confédération
Eliminées, la Zambie de Banda aura malgré tout marqué cette compétition (photo FIFA.com)
Eliminées, la Zambie de Banda aura malgré tout marqué cette compétition (photo FIFA.com)
AFC (Australie, Chine, Japon)
Confédération de l'équipe hôte, le bilan est plutôt mitigé. Les trois équipes pouvaient espérer la qualification pour les quarts de finale, deux ont réussi, et c'est sans grande surprise la Chine qui ne passe pas le cap. Dix-sept buts encaissés (un record) et un surnom qui a semblé inadéquat. Wang Shuang a égalé le record de buts inscrits en un match avec un quadruplé contre la Zambie, mais c'est là à peu près le seul point positif pour l'équipe dans la compétition. Le Japon et l'Australie ont fait ce qu'il fallait pour rejoindre les quarts de finale, mais il faudra offrir des prestations plus abouties pour aller plus loin.

CAF (Zambie)
Sixième nation africaine à participer au tournoi olympique, la Zambie rejoint l'Afrique du Sud de 2012, qui avait réussi à obtenir un point pour sa première apparition dans la compétition au contraire du Nigeria, du Cameroun et du Zimbabwe, rentrés bredouilles. Mieux que ça encore, une de ses joueuses s'est particulièrement distinguée. Avec deux triplés lors des deux premières journées, Barbra Banda a fait forte impression en plus de battre ou égaler des records. A l'exception du premier match, alors que l'équipe n'était pas au complet, la Zambie a même fait plutôt jeu égal avec ses adversaires.

CONCACAF (Canada, États-Unis)
Les deux représentants se sont qualifiés pour les quarts de finale en terminant à la deuxième place de leur groupe. Médaillé de bronze lors des deux dernières éditions, le Canada a su se montrer solide dans un groupe accroché, tandis que les États-Unis ont déçu, sur le terrain principalement. Mais un autre tournoi commence, et il ne faut pas mettre de côté une équipe qui a remporté plus de la moitié des éditions jouées jusqu'à présent...

CONMEBOL (Brésil, Chili)
Le Brésil de Pia Sundhage a réalisé une bonne première phase, avec une attaque en verve lors des deux premières rencontres, et deux matchs sans encaisser de but. En bonus, un match spectaculaire contre les vice-championnes du monde néerlandaises. Il faudra maintenant plus de rigueur pour la suite de la compétition.
Le Chili est devenue la troisième équipe (Brésil excepté) sud-américaine à participer à la compétition, repartant avec le même bilan de trois défaites en trois rencontres. Accrocheuse et résiliente, elle avait la volonté, mais pas les capacités de créer la surprise.

OFC (Nouvelle-Zélande)
Placée dans un groupe relevé, la Nouvelle-Zélande n'a pu rééditer sa performance de 2012 avec une qualification pour les quarts de finale. Trois défaites en autant de rencontres, elle n'a jamais fait jeu égal avec ses adversaires. Sans concurrence dans sa confédération, elle sera de retour à Paris.

UEFA (Grande-Bretagne, Pays-Bas, Suède)
Carton plein pour les représentants européens. Deux étaient qualifiés au soir de la deuxième journée, le troisième a réalisé un deuxième carton en trois journées pour les rejoindre. Les trois équipes ont montré qu'elles avaient les qualités pour aller loin dans la compétition. La Suède a probablement été l'équipe la plus impressionnante, tout en maitrise dans un groupe peu évident. La Grande-Bretagne a évité les pièges que pouvaient lui offrir son groupe, et les Pays-Bas ont réalisé des festivals offensifs. Attention toutefois, un nouveau tournoi débute et les défenses ne seront normalement pas aussi permissives...

Une première phase record
21 buts en 3 matchs pour les Pays-Bas (photo FIFAWWC)
21 buts en 3 matchs pour les Pays-Bas (photo FIFAWWC)
Apparitions et longévité
Cette première phase a été l'opportunité pour plusieurs joueuses de battre ou rejoindre des « clubs » prestigieux. Du côté du Brésil, Formiga est devenue la première joueuse à disputer sept éditions des Jeux olympiques. La première édition ayant eu lieu en 1996, elle a donc disputé tous les tournois des Jeux olympiques. Elle est aussi accessoirement la joueuse la plus âgée à fouler les pelouses olympiques, à plus de 43 ans. Sa coéquipière Marta est quant à elle devenue la première joueuse à marquer lors de cinq Olympiades, et est par ailleurs sur le podium des joueuses ayant inscrit le plus de but dans la compétition derrière Cristiane, et à égalité avec Christine Sinclair. La légende canadienne, meilleure buteuse de l'histoire en sélection, a intégré lors de son entrée dans la compétition le club très fermé des joueuses comptant 300 sélections ou plus puisqu'elle en est devenue la quatrième joueuse seulement, et la première non Etats-Unienne.

Buts en pagaille
Dans le sillage d'un groupe F particulièrement prolifique, plusieurs records de buts ont été battus lors de cette première phase. Sur un plan global, le total de buts sur une édition (71 en 2012) a d'ores et déjà été dépassé puisque 75 buts ont été inscrits, dont 43 pour le seul groupe F.
Une seule équipe avait atteint la barre des dix buts en phase de poule, l'Allemagne en 2004 (10). Les Pays-Bas ont plus que doublé ce total avec 21 buts inscrits et deux records de buts sur un match. Dix buts inscrits, treize au total lors de Pays-Bas-Zambie, et huit inscrits, dix au total lors de Pays-Bas-Chine. Le record était de huit buts inscrits, par l'Allemagne en 2004 face... à la Chine.

Individuellement, Vivianne Miedema n'a eu besoin que de trois rencontres lors de sa première participation aux Jeux pour battre le record de buts inscrits en une édition, détenu auparavant par Christine Sinclair, et peut continuer à s'approcher du podium selon les résultats de son équipe. Elle a également, comme Wang Shuang, inscrit un quadruplé lors de cette édition, et les deux joueuses rejoignent Birgit Prinz, la seule à l'avoir réalisé par le passé (en 2004 face à la Chine).
Barbra Banda est devenue la première joueuse à inscrire deux triplés au cours d'une même édition, lors de deux matchs consécutifs qui plus est (seule Cristiane a inscrit deux triplés aux Jeux olympiques, en deux éditions). Elle est donc devenue la meilleure buteuse africaine dans la compétition, et sans les buts de Vivianne Miedema, aurait égalé le record de Christine Sinclair.

De l'autre côté du terrain, la défense chinoise a encaissé 17 buts en trois rencontres, soit deux de plus que le Zimbabwe qui était la pire défense avant le début du tournoi avec 15 buts encaissés lors de l'édition 2016. La Zambie égale l'ancien record de son voisin avec 15 buts encaissés également dont 10 contre les Pays-Bas.